ACTUALITÉS DE LA CAVE


Transmission intergénérationnelle en Irouléguy

« La terre ne m'appartient pas, j'appartiens à la terre... »

21/08/2018

Cette phrase n’est pas de moi. Elle vient d’un vigneron adhérent de notre coopérative et résume à elle-seule cette notion si importante de transmission au Pays Basque.

Ici, je parle de transmission à différents niveaux : foncière, agricole et viticole, de savoir-faire et de valeurs.

Car au Pays Basque, le postulat est celui-ci : la terre ne se vend pas, elle se transmet.

Dans la vallée de Garazi-Baigorri*, où nous nous situons, nous parlons d’ « Etxea » (prononcez [etchéa]). Etxea signifie, en basque, la maison.

L’etxea possède une architecture spécifiquement basque. Ce sont des fermes composées d’une maison principale entourée de petites parcelles disséminées sur la région montagneuse. Ceux qui cultivent les terres sont les propriétaires.

Sur Garazi-Baigorri, la maison revêt alors une importance capitale et la transmission ne peut être que familiale.

Par extension, l’activité agricole ou les vignes se transmettent de génération en génération. Peu importe que ce soit en filiation directe, cela doit toujours rester dans le cercle de la famille.

Le vin d’Irouléguy est un vignoble de montagne. L’appellation est tellement particulière que la vigne s’apprend donc « un peu » à l’école mais surtout sur le terrain. Les vignes ne réagissent jamais de la même manière d’une année sur l’autre en fonction de leur variété, de leur exposition, du taux d’hygrométrie, de l’ensoleillement ou du sol dans lequel elles évoluent.

La conduite de la vigne, selon ses spécificités, se transmet alors essentiellement dans le cercle familial, avec ses parents ou ses grands-parents, durant de longues années. On y cultive aussi une histoire, une culture de famille et une langue, qui s’apprennent tous les jours.

Et lorsque l’on a la chance d’être un viticulteur coopérateur, c’est une seconde famille qui se met en place. Cette famille « professionnelle » est de celle qui permet les échanges, les retours d’expérience, qui soutient moralement quand une récolte flanche, qui permet au vigneron d’avancer et d’apprendre toujours plus.

Ce sont ces familles si précieuses qui donnent le courage nécessaire et l’envie de reprendre l’activité vigneronne, qui sont présentes et donnent la foi quoiqu’il arrive, qui transmettent la recherche de l’exigence, l’abnégation et toute l’humilité nécessaire pour élever toujours et encore ces cépages avec cette recherche constante de qualité.

Car tout est question de transmission.

Ici, la terre n’appartient à personne. Nous appartenons à la terre.

 

*Garazi : Saint-Jean-Pied-de-Port en basque / Baigorri : Saint-Etienne-de-Baïgorry en basque

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.