ACTUALITÉS DE LA CAVE


La Cave d'Irouleguy, une entreprise humaine

La Cave d’Irouleguy, une entreprise humaine...

23/02/2018

Nous sommes une entreprise décidément peu ordinaire, reflet d’un pan de la tradition vinicole locale et des valeurs du Pays Basque.

Mais laissez-moi vous conter notre histoire...

Au début du XXème siècle, le vignoble d’Irouléguy était en voie de disparition à cause de la crise du phylloxera qui a décimé le vignoble français.

Et en 1952, La Cave d’Irouleguy a été créée. Cette coopérative qui, avec détermination et une vision à long terme, s’est investie dans la réhabilitation de ses vignes séculaires. Ce vignoble, cet emblème, singulier au Pays Basque Nord.

Tout se fit progressivement durant les années 60 et 70, au rythme des saisons et des conditions climatiques, parfois rudes, et au fil des aménagements en terrasses pour l’exploitation des parcelles les plus pentues.

Aujourd’hui, notre coopérative est un véritable repère pour la vallée. Située à Saint Etienne de Baïgorry, elle possède un réel poids historique mais aussi social et économique !

Car la Cave d’Irouleguy va bien au-delà de son rôle d’entreprise locale et jouit d’une reconnaissance qui dépasse les frontières du Pays Basque. Elle fédère 86 adhérents pour qui la viticulture n’est pas toujours l’activité principale et les accompagne sur le chemin de l’amélioration continue, en ayant soin de prendre en compte toutes les spécificités de l’agriculture de la région.

Comment fonctionnons-nous ?

C’est très ancré. Tout le monde compte : 1 personne égale 1 voix. Nous sommes, en quelque sorte, une « démocratie participative » et nous organisons autour de 5 commissions, constituées de salariés et d’adhérents, sur 5 grands thèmes :
- Les investissements, concernant la réfection d’un bâtiment, ou l’acquisition de nouveaux matériels...
- Le commercial, avec la définition de la stratégie commerciale ou de communication, le marketing...
- La vinification pour l’assemblage des cuves d’un même millésime afin d’élaborer nos vins tout en préservant leur singularité.
- Les vignes, avec l’écriture du cahier des charges viticoles, volontairement plus contraignant que le cahier des charges de l’appellation AOC pour obtenir toute la quintessence possible du grain, ou la restructuration du vignoble...
- Et enfin, les vendanges, pour vérifier l’application du cahier des charges viticoles. La commission va visiter les parcelles (soit 240, en tout), 3 fois dans l’année : à la floraison, à la véraison (le passage du raisin, de vert à rouge (pour le vin rouge), et de vert à blanc (pour le vin blanc)) et 1 semaine avant les vendanges. Elle y déguste les baies.

De ces commissions qui peuvent paraître lourdes, naissent les décisions et nos stratégies futures. Elles sont incontournables car elles permettent de trouver les consensus et de prendre en compte les avis de tous les participants. Elles reflètent ce qu’est la coopérative dans toute l’étendue de sa diversité.

Qui nous fait vivre au quotidien ?

C’est une belle équipe.

Il y a Pierre, le président, très présent dans le fonctionnement quotidien, un adhérent élu par le conseil d’administration.

Miren, Joanes et Christophe qui sont les experts en vinification et s’occupent du chai.

David, Claude et Carlos qui sont en charge de la mise en bouteille, de l’étiquetage, du stockage et de l’expédition des vins à travers la France, et parfois...le monde.

Jean-Michel, Peio et Eki qui représentent la force vive, celle de la commercialisation, que ce soit au magasin de Saint Etienne de Baïgorry ou sur les salons et foires, partout en France. Et Sébastien qui s’occupe de toute la clientèle professionnelle.

Noëline, la première personne que l’on voit et que l’on entend. Celle qui s’occupe si bien de nos clients et de nos visiteurs.

Elodie, véritable couteau suisse de la communication et du marketing. C’est elle qui s’occupe de toute la visibilité de la coopérative.

Christiane et Anita qui font en sorte que tout aille au mieux d’un point de vue administratif et comptable. Avec ce petit plus d’Anita qui s’occupe de faire le lien avec les adhérents.

Thérèse qui œuvre à ce que les locaux soient toujours impeccables.

Et enfin, il y a Nadine, plus qu’une directrice, elle est surtout le chef d’orchestre de notre équipe.

Il n’y a pas vraiment de hiérarchisation, aussi, tout le monde est écouté, en toute confiance et dans le respect de tous.

Et c’est au conseil d’administration de prendre toutes les décisions, qu’elles soient populaires...ou non ! Le rôle de Nadine est ensuite de recentrer, coordonner les sujets et de fédérer les équipes (et parfois même des personnes extérieures) afin de donner toutes les chances possibles de réussite ! Chacun est indispensable à son niveau, avec toute l’étendue de ses connaissances et de son expertise.

Nous sommes une équipe polyvalente, motivée, dynamique qui œuvre au quotidien à donner le meilleur d’elle-même pour élaborer les meilleurs vins, les conditionner dans les meilleures conditions et apporter une véritable notion de service client.

Qui sont nos adhérents ?

Ils ont de 29 à plus de 80 ans !

Sur 86 adhérents, 43 sont ceux qui approvisionnent les raisins à destination de nos vins de table, production faite pour l’équivalent de 8 hectares et demi de surface.

Les 43 autres, sont ceux qui approvisionnent les raisins à destination de nos vins en AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) pour l’équivalent de 140 hectares.

8 d’entre eux sont des viticulteurs à temps plein, tous les autres sont aussi éleveurs. Ce qui, il y a 30 ans, était un complément de revenus devient pour certains, l’élément principal de rémunération. Et c’est un combat quotidien entre la vigne raisonnable et l’élevage passion, qui malheureusement, ne rémunère plus autant.

Nos adhérents, qui représentent un poids local, savent très précisément ce qu’ils veulent pour leur coopérative et son avenir. Ils ont cette capacité à voir bien au-delà de l’activité viticole.

Car la coopérative est leur entreprise et deviendra ce que eux, veulent qu’elle devienne.

Pour ce faire, nous sommes dans une démarche économique spécifique, prêts à attendre plusieurs années pour voir naitre le résultat de notre patience.

Car lorsque nous plantons une vigne, nous regardons l’avenir à 50 ans. Nous faisons l’éloge de la lenteur et de la saisonnalité. Nous laissons le temps de l’expérimentation, de l’écoute, de l’échange. De faire ses preuves.

Mais c’est, finalement et depuis toujours, une vision sur plusieurs générations. Une histoire d’hommes et de femmes, raisonnables ou passionnés.

Ceux qui reflètent cette image, cette histoire et la typicité des valeurs d’ici. Le Pays Basque.

 

AS.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.